Psychogénéalogie

La psychogénéalogie clinique@ propose l’exploration systémique de l’histoire familiale
afin d’appréhender les éventuels impacts des événements de vie de nos ancêtres sur la nôtre. L’approche proposée par l’« Ecole de psychogénéalogie clinique© » d’Anne Ancelin Schützenberger accorde une attention particulière au contexte (familial, historique, socio-économique…) dans lequel surviennent les événements. Cela vous permettra d’accueillir vos ancêtres et d’entrer dans votre propre histoire.

Ryuichi Yamashiro (Jap., born 1920), Forest, 1954.

Vous construirez un « génosociogramme (1) », une représentation graphique de la famille et de son univers. Il s’agit d’un arbre généalogique enrichi d’événements tels que les métiers, les séparations, les morts prématurées, les liens affectifs… Vous préciserez les alliances, les ressources familiales tissées au fil des générations… La mémoire que vous aurez de votre arbre au cours de la séance, éclairera les mémoires inconscientes, les répétitions, les loyautés qui peuvent influencer vos relations, vos choix de vie…

Utagawa Hiroshige (Jap. 1797-1858), A family in a misty landscape (From Sixty-nine Stations of the Kisokaido), between 1835 and 1837,

Consentir à son arbre…

Cet éclairage vous permettra d’appréhender sous un jour nouveau les acteurs du système familial, de mettre en lumière certains liens, de laisser résonner et vibrer la présence de chaque ancêtre dans l’espace thérapeutique créé. C’est un outil qui peut orienter un travail thérapeutique ou inciter à en commencer un.

Je propose des séances pour adulte en individuel :
Tarif : forfait de 120 euros pour une séance de trois à quatre heures. Ces séances peuvent se prolonger par des entretiens individuels.

Venez avec vos recherches généalogiques si vous en avez. Le travail s’effectue dans le respect des approches proposées par l’« Ecole de psychogénéalogie clinique© » et par le « Centre d’Eco-Anthropologie Appliquée ».

(1) Le génogramme est un outil thérapeutique, créé par les systémiciens américains, dans les années soixante-dix (M. Bowen, G. Bateson, J. Lévy Moreno) ; il fut introduit en France, en 1980, par E. Lemaire-Arnaud. Le génosociogramme s’élabore sur plusieurs générations.


%d blogueurs aiment cette page :