Psychogénéalogie

La psychogénéalogie clinique© propose l’exploration systémique de l’histoire familiale afin d’appréhender les éventuels impacts des événements de vie de nos ancêtres sur notre propre vie. L’approche proposée par l’« Ecole de Psychogénéalogie Clinique© » d’Anne Ancelin Schützenberger accorde une attention particulière au contexte familial, historique et socio-économique de nos ancêtres. Afin de les accueillir avec bienveillance et d’être au plus près de nous.

Consentir à son arbre

Le « génosociogramme (1) » est une représentation graphique de la famille et de son univers. Il s’agit d’un arbre généalogique enrichi d’événements tels que les métiers, les séparations, les morts prématurées, les liens affectifs… L’inscription des alliances, des ressources familiales mettra en lumière les répétitions, les loyautés qui peuvent vous influencer. Cet éclairage permet d’appréhender les acteurs du système familial dans leur environnement, de mettre en lumière certains liens, de laisser résonner la présence de chaque ancêtre dans l’espace thérapeutique créé.
C’est un outil qui peut orienter un travail sur soi ou inciter à en commencer un.

David Michaud, Jizo.
U. Hiroshige.

En pratique
Séances pour adulte en individuel au tarif forfaitaire de 120 euros pour une séance de quatre heures.

Venez avec vos recherches généalogiques si vous en avez. Le travail s’effectue dans le respect des approches proposées par l’« Ecole de psychogénéalogie clinique© » et par le « Centre d’Eco-Anthropologie Appliquée ».

(1) Le « génogramme » a été créé par les systémiciens américains, dans les années soixante-dix (M. Bowen, G. Bateson, J. Lévy Moreno) ; il fut introduit en France, en 1980, par E. Lemaire-Arnaud. Le « génosociogramme », introduit par Anne Ancelin Schützenberger est un génogramme élaboré sur plusieurs générations et enrichit d’informations sur l’environnement familial, proche, amical, historique et économique des personnes. Il s’inspire du « sociogramme » de J. L. Moreno.


%d blogueurs aiment cette page :